Vincent Baselgia

vincentLassés de subir des solos de percussion désordonnés et sans intérêt sur tout ce qui l’entoure, ses parents l’inscrivent aux cours de batterie de Jean-Luc Lavanchy l’été de ses 10 ans et lui offrent sa première batterie dans la foulée. Et là, c’est le drame… Vincent y trouve tellement de satisfaction que les voisins vont dès lors subir sa lente progression sur les 10 ans qui suivent.

Après une pause militaire forcée, Vincent décide d’élargir son horizon musical en s’inscrivant à l’EJMA pour obtenir le certificat AVCEM et en jouant sur demande dans plusieurs projets, principalement en trio. Développant beaucoup son style jazz, ses premières amours binaires commencent à lui manquer de même que ses dimanches soir sont trop souvent inoccupés.

Alors qu’il se désaltérait au moyen d’une boisson houblonnée de grande qualité un samedi soir, un ancien collègue du conservatoire, en la personne de Quentin, lui propose de rejoindre son groupe qui, par un hasard providentiel, répète le dimanche soir. Doit-on préciser la réponse ?